LE 17 MAI AUJOURD'HUI,

nous quittons notre porte-voix
par cette porte, nous avons passé nos chants, nos rires et nos souffles pendant presque deux mois
et là, nous sommes au point de départ
même si nous nous appelons encore "les occupant.e.s du frac"
même si notre combat est loin d'être gagné
même si nous sommes attaché.e.s à ce lieu dans lequel nous avons éprouvé la joie, l’empathie, la déception, la révolte, la victoire, l'excitation
nous décidons de laisser ce parvis pour rejoindre la criée et allier nos forces
le frac en tant qu'institution, ne se permet plus de nous accueillir pour notre lutte, s'apprêtant à sa ré-ouverture
nous crions, à l’unisson avec les autres lieux occupés dans tout le pays, que nous n'acceptons pas la ré-ouverture sans que nos revendications soient entendues
nos conditions de survies se dégradent à une vitesse inimaginable
nos droits se rongent par des lois ouvertement fascisantes et discriminantes
oui, nous constatons qu'il n'y a pas de frein à ces machines
oui, nous voyons que nos galères se propageront si nous ne nous y opposons pas
oui, nous savons maintenant que tout est possible, si la volonté est là
alors nous bloquons
nous faisons bloc
nous quittons ici, avec notre porte-voix sur roulettes, nous le poussons, nous crions dedans, nous montons dessus, nous courrons sur les rails
oui, nous avançons toujours, avec ou sans roue dans les rails
parce que nous croyons encore que l'art que nous vivons, est une force vitale et émancipatrice
et une résistance en soi, en nous
parce que nous voulons que cette force soit accessible à toutes et tous
vous nous entendez, la création commence déjà donc
merci beaucoup et allons-y !

Marseille, le 17 mai 2021.

Facade.jpg